voyager seule au japon voyage avec sac à dos tokyo
Asie,  Japon,  Tokyo

Première fois au Japon – récit d’un voyage


Japon : le commencement

Aujourd’hui je vais vous parler de mon premier jour au Japon, là où mon voyage à commencé : Tokyo. Comment je me suis débrouillée de l’aéroport jusqu’à mon airbnb après 22 heures de trajet? Comment j’ai trouvé mon chemin sans internet? Quel a été le premier plat que j’ai mangé ? C’est de ces petits détails que je vais vous parler aujourd’hui !

Anciennement Edo, c’est aujourd’hui la capitale du Japon où habitent presque 14 000 000 d’habitants. Pour la petite anecdote : chaque jour, environ 13 000 000 personnes passent par la station de train Shinjuku. C’est d’ici que je suis partie au Mont Fuji quelques jours après.

C’est là ou j’ai commencé par découvrir la ville. Mais ne nous pressons pas! J’ai du galérer avant d’aller me promener dans Shinjuku…


Atterrissage & débrouillage à Tokyo

Après un vol de plus de 20h avec deux escales, dont la dernière à Pékin, j’étais exténuée. Après avoir récupéré mon grand sac à dos, je me dirige vers le métro pour gagner Tokyo centre. Il était seulement 13h quand je rentre dans le métro. J’avais un plan de route en tête : bureau de poste, Pocket wifi, Airbnb. Je demande donc en Japonais comment me rendre à la station de métro Nakano. Après avoir reçu les informations nécessaires , je marche jusqu’aux bornes de tickets de métro. Le système m’étonne.

métro tokyo premier voyage au japon voyager seul voyager en sac à dos

Contrairement à la majorité des métros, au Japon vous payez la distance. C’est à dire que si vous faites 6 arrêts, vous paierez plus que si vous en avez fait 4. Donc il fallait regarder la carte et trouver l’arrêt final, le montant étant écrit à côté. Si vous faites une erreur, il y a des machines à la sortie qui vous permettent de payer la différence manquante. La solution la plus simple est d’acheter une carte Suica ou Pasmo. Vous pouvez y déposer un certain montant dessus et la biper à l’entrée et à la sortie. La somme s’enlève automatiquement à la sortie. Facile!

Petits conseils pour le métro

C’est donc une de mes premières recommandations : acheter une de ces deux cartes ! A certains arrêts il n’y a pas de plans avec les arrêts de métros écrits en romaji (avec notre alphabet). Je crois qu’ils essaient de s’améliorer pour 2020. Mais si vous y allez avant, il vous sera très dur de savoir combien vous devez payer.

A l’aéroport on m’indique le montant à payer pour aller jusqu’à Shinagawa. Jusque là, pas de problèmes. Puis on m’informe que je vais devoir repayer pour aller jusqu’à Shinjuku. Encore une fois, pas de problèmes, je me dis dis, ça n’a pas l’air si complexe que ça!…Oui bien sûr.

Se perdre dans le métro de Tokyo

J’arrive sans encombres jusqu’à la station Shinagawa et là… LOST. Après avoir récupéré mon Japan Rail Pass pour 3 semaines, je commande mon billet pour Kanazawa. J’en profite également pour acheter ma carte Suica. Prix de la carte : 500¥+ le montant de votre choix dessus. Si vous le désirez, vouspouvez rendre la carte à la fin de votre séjour. Mais on vous rendra que la moitié des 500¥ et ce qu’il reste sur la carte. Si vous comptez revenir au Japon, cette carte est valable 10 ans!), je me dis qu’il est temps de déposer mes affaires et de prendre une bonne douche. Sauf que..il y a tellement de trains, de voies, je ne sais pas vraiment où aller. Différentes compagnies gèrent différents trains, il y en a donc des locaux, des express, supers express..bref je suis perdue. Au final je trouve une Japonaise qui m’indique le numéro de voie à prendre.

Je me retrouve enfin à Tokyo!

Malheureusement, le périple ne s’achève pas ici. Je ne sais pas si je suis sur la bonne voie et je ne sais pas si je prends le bon train. Par dessus tout, je ne sais pas si je vais m’arrêter au bon arrêt! J’ai du donc sortir 3 fois du train et demander à différentes personnes où je devais aller. Je met 2 heures pour me retrouver à Nakano (alors qu’il fallait 3 fois moins de temps). Voyageant en juin, c’était donc tsuyu, la saison des pluies. En sortant j’ai donc le droit à un bel accueil pluvieux. Je sais que la poste n’est pas loin du métro,ce qui ne m’empêche pas de me renseigner auprès de certains passants. Je leur demande : “Nakano no yubinkyoku ha dokodesuka” (Où est la poste de Nakano?) et après 10 minutes : Alléluia!

La délivrance. J’ai la wifi grâce à la pocket WiFi. Ce petit boitier m’a permis d’avoir internet illimité pendant tout le mois. J’ai payé légèrement au dessus de 100€ pour mon séjour. Très facile à récupérer et à déposer.

Après avoir informé mes proches que tout allait bien, j’ouvre l’application Google Maps (mon héro de ce voyage). J’y insère l’adresse de mon Airbnb, qui m’indique 35 minutes de marche. Sous la pluie. L’appartement se trouve près de la station de Numabukuro, un peu éloigné du centre, au Nord-Ouest. Cette application m’a tellement aidé à créer mon itinéraire durant ce mois !

Trouver son logement à Tokyo

L’airbnb est petit mais mignon, je suis contente d’être enfin arrivée. Par contre, je dois me baisser pour passer les portes! Ce qui ne sera pas un problème dans le futur, lorsque je resterai dans les auberges de jeunesse. Après avoir pris une douche et rechargé mon portable, il est 16h et j’ai faim. Je sors donc et marche jusqu’à la station de métro Numabukuro. Arrivée sur place, je rentre dans un Izakaya, tout près du métro. C’est une sorte de bar à tapas japonais si l’on veut.

izakaya tokyo voyager seule au japon nourriture se loger à TOKYO
Un izakaya Japonais

Je suis obligée de commander une boisson (moi qui comptais économiser dessus…). Je regarde le menu je me rends compte qu’ils proposent différentes boissons avec du shochu. Interessée, je demande au cuisiner ce qu’est le shochu. Il ne sait pas comment m’expliquer (il ne parlait pas anglais) et malgré ça, je commande un thé vert au shochu. En accompagnement, je commande des champignons shiitaké grillé, de la soupe miso et des nouilles. Après avoir avalé la première gorgée du thé..je ne m’attends pas à ça. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le shochu, c’est une sorte de saké. Extraite de la patate douce, ou encore d’autres ingrédients, cette boisson devient de plus en plus populaire au Japon. Elle serait presque aussi populaire que le saké lui-même (extrait du riz).

De sortie à Tokyo

Plus tard durant mon séjour à Tokyo, mon hôte Airbnb m’invitera à sortir dans un Izakaya. C’est à ce moment là que je découvrirai toute l’ampleur local! Grillades (comme des intestins de veau ou de porc grillés, miam!), bières, Japonais rentrant du travail. Mais laissons ça pour une autre fois !

Après avoir fini ce maigre repas, je me dirige vers Shinjuku. Je ne me perds plus dans le métro car Google Maps m’indique l’heure du train, la voie et la direction. Ouf ! J’arrive  assez rapidement à Shinjuku et malgré la pluie, je suis émerveillée par ce que je vois.

shinjuku tokyo voyager seule au japon promenade dans le quartier de shinjuku saison des pluies au japon

Des écritures japonaises partout, beaucoup de lumières, des bâtiments hauts, beaucoup de gens, de bars, de bureaux… Je décide donc de me promener tranquillement, de découvrir les environs. Sans pression. La fatigue me rattrape au bout de 2h et je décide donc de rentrer au Airbnb.

Faire ses courses au Konbini

Mais avant, je passe dans un fameux konbini, épicerie type 7/11, Family Mart et Lawson, ouvertes 24h/24 et 7j/7. Des lieux incontournables si vous allez au Japon parce qu’il y en a PARTOUT. A chaque coin de rue. C’est le meilleur endroit pour manger si vous venez avec un petit budget. Les onigiri sont des triangles de riz enveloppés d’une algue de nori. Toutes sortes de saveurs sont disponibles : wasabi, boeuf, thon, etc. Ils coûtent entre 1 et 2 euros. Dans ces knobini on trouve même des bières avec de différents parfums : mangue, pêche, raisins (mon préféré), pomme, citron, etc..9% d’alcool! Pour ceux qui m’ont suivis sur Snapchat, vous avez vu à quel point j’étais accro à ces boissons! Celle aux raisins est délicieuse, tellement délicieuse que je me répète !

J’achète au final 1 onigiri au thon, un boite de maki et une bière parfumé Strong Zéro. Après ces emplettes, je rentre enfin dans mon Airbnb. Je n’ai jamais été aussi contente de m’allonger sur un bon vieux clic-clac grinçant. Quand on y pense, tout et n’importe quoi peut devenir un lit lorsqu’on est exténuée !

Voyager seule, c’est pas de tout repos!

Après une bonne douche, je me couche sur mon petit clic-clac, clim a fond et oh, bonheur. J’ai un peu de temps pour faire mon bilan des dernières 30h. Je n’y crois pas. Je suis à l’autre bout du monde. Seule. Et cela ne m’a pas fait peur une seule fois. Même en étant perdue dans le métro, je n’ai pas eu une seule fois peur.

C’est naturel. Je sais pourquoi je suis là. Et je sais que seule, je peux faire ce que je veux quand je veux. Et je me rends compte que le pays que j’ai choisi me facilite la tâche.

japan rail pass train au japon voyager seule au japon voyager avec un sac à dos

Le Japon est un pays où il est facile de se déplacer, surtout pour les touristes avec le Japan Rail Pass. Il existe 3 sortes : pour 1, 2 ou 3 semaines. Ce pass vous permet de prendre les lignes JR partout au Japon, illimité !! J’en ai également profiter pour prendre le train d’Hiroshima puis le ferry jusqu’à l’île de Miyajima !

J’avais celui de 3 semaines. Mon voyage durait 1 mois, je l’ai donc activé qu’après être partie de Tokyo.

Le Japon est donc un pays que je recommande pour les personnes qui décident de voyager seul(e). Les gens sont  gentils et patients, et feront tout pour vous mettre à l’aise.

C’est sur ces pensées que mon premier jour/demie journée s’achève. Je suis sur un petit nuage!

Booking.com

Et vous, avez-vous déjà visité le Japon? Est-ce un pays qui vous attire? Avez-vous aimé votre séjour au Japon?

5 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :