coronavirus expatriée japon voyage impact vie
Asie,  Japon

Comment le coronavirus impacte ma vie d’expatriée au Japon

Au vu des récents événements, je décide de faire un petit article personnel, sur la situation au Japon et les répercussions que j’ai pu ressentir en vivant au Japon. Ce ne sera pas un article afin de propager la panique ou répéter ce que tout le monde sait déjà, mais juste un petit point de vue de mon expérience d’expatriée au pays du soleil levant.

Situation économique

On entend beaucoup parler des répercussions économiques sur l’industrie du tourisme, de la restauration, hôtellerie, etc. mais je suis en plein dedans, car je travaille dans la restauration ET dans l’hôtellerie. J’ai vu ma charge de travail diminuer de jour en jour, surtout en restauration.

Izakaya

Pendant 2 semaines, très peu de personnes étaient présentes dans l’izakaya où je travaille, ce qui a poussé le patron a renvoyé certaines personnes plus tôt chez elles, et à adapter le nombre de serveurs/serveuses qui travaillent les semaines d’après.

Heureusement, la situation s’est étonnement améliorée ces derniers jours. Ma théorie étant que le Japon ayant pris des mesures fermes assez tôt, la propagation du virus a nettement diminuée ou du moins augmente plus lentement que dans les autres pays. Une fois que les gens ont réalisé que ce n’est pas si “intense”, il y a eu une baisse de panique. Les Japonais sont déjà assez hygiéniques de base et respectent les règles qui leur sont imposées.

virus pandémie vie expatriée japon voyage coronavirus château matsumoto
Le château de Matsumoto, un des châteaux les plus célèbres au Japon

Hôtellerie

La situation en hôtellerie est plus compliquée. Les hôtels dépendent plus des touristes que les izakaya, où les locaux passent leurs soirées après le travail. La situation a été tellement sérieuse que les horaires de travail ont été réduite. Ce qui est assez difficile économiquement car c’est 1 heure 30 de travail en moins par jour, et vu que c’est du travail à temps partiel et payé à l’heure, nous ne sommes pas payés pour les heures où nous ne travaillons pas.

virus pandémie vie expatriée japon voyage coronavirus château matsumoto
A l’entrée, un temps d’attente avant de rentrer au château de Matsumoto, vide de monde à cause du coronavirus

Ressenti général

Comme je l’ai dis plus tôt, je ne ressens pas un sentiment général de panique. Certaines mesures ont certes été prise, mais le Japon reste un pays modérément touché si l’on ne compte pas le bateau de croisière “Princess Diamond”. Les parcs d’attraction ont été fermés à la fin du mois de février, tout comme d’autres bâtiments et monuments. La liste s’agrandit des bâtiments fermés et la date de fin étant le 15 mars, les prolongations continue également.

Les festivals sont également annulés. Ce qui est vraiment dommage car les mois de mars et avril sont assez chargés niveau festivals au Japon. Et quand je dis festivals, je ne parle pas de musique mais d’événements de rue, dans les temples, etc. Je devais aller à un spectacle de danse de Miyako (apprenties geisha) en avril, mais malheureusement il a été annulé…

Après, les gens respectent assez bien les consignes. Les masques sont mis pour éviter la transmission (on peut être contagieux sans symptômes). Les Japonais ont déjà l’automatisme de mettre des masques pour éviter de propager la grippe ou de se protéger contre les allergies le printemps. Donc le seul problème sont les ruptures de stock de masques. Les gens font la queue chaque matin pour acheter des masques dans les pharmacies/drug stores. J’ai même eu une remarque une fois comme quoi les Européens ne mettent pas de masques et donc mettent d’autres personnes en danger.

Situation personnelle

A part l’impact “interne” j’ai été aussi impactée dans mes voyages. En décembre, j’ai acheté un billet d’avion pour rentrer en France à la mi-mars. Mon vol passait par la Chine donc bien sûr qu’en février ce vol a été annulé, j’en ai racheté un qui passait par la Corée: même résultat – annulé. Ce qui m’a poussé à acheté un autre vol, une semaine avant mon départ, passant par Dubai.

Au final, j’ai décidé de ne pas prendre mon vol du tout, décision prise 24 heures avant mon départ et j’ai fait le bon choix car même pas 48 heures après, le confinement a été déclaré. La situation reste stable au Japon alors qu’elle semble empirer dans les autres pays, surtout européens.

Même avec l’annulation des festivals et de la fermeture des musées, mes cours de japonais ont repris. Les restaurants, bars sont ouverts donc je pense que la situation au Japon reste meilleure. Heureusement que je suis pas rentrée en France, car j’aurais été coincée!

Cependant, je suis triste de ne pas pouvoir rentrer. J’avais déjà hâte de manger du fromage, du saucisson et des bons croissants… Mais bon, prendre le risque de rentrer en France pour quelques jours pour ne pas pouvoir revenir au Japon au final, me semble ne pas en vouloir la peine.

Du coup à la place, j’ai décidé de partir pour un petit voyage dans les préfectures de Gifu, Nagano et Mie pendant 1 semaine. Les mouvements ne sont pas restreints (pour l’instant), donc j’en profite. Surtout, même si les musées et certains bâtiments sont fermés, les temples restent ouverts.

Conclusion

Bien que j’en ressente l’impact, la situation reste vivable. Je peux sortir tranquillement, continuer à aller manger dans des restos, dans bars, sans céder à la panique.

Bref, restez fort, que vous soyez à la maison ou à l’étranger!

One Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :